Pas d'adhérent connecté
FFVB : Comment se passe l'entrée du VBRV ?
C'est la coupe d'Europe Masculine de volley et la France en est un des principaux organisateurs. En parallèle, c'est aussi la rentrée des clubs et le début des championnats. Cette année, après 35 ans d'absence, le club engage une équipe M17 Féminine et une équipe M13 Mixte en FFVB. La Ligue des Pays de la Loire est notre interlocuteur administratif. 
Comment se passe notre intégration dans le monde de la FFVB ?  
Pour mieux comprendre la situation, débutons par un état des lieux de la représentativité du volleyball en 2018-2019. 

Etat des lieux

Commençons par faire un bilan du nombre de licences des sports olympiques de balle en salle : le basketball, le handball et le volleyball en France.

Saison 2018-2019 Basketball Handball Volleyball
Licencier hors ATP
525 040 549 295 105 304
source : www.sports.gouv.fr/organisation/publication-chiffres-cles/Statistiques/Donnees-detaillees/article/Donnees-detaillees-2018
On s'aperçoit qu'en nombre de licences le basketball et le handball sont loin devant. 
Mais ne cherchons pas ici la quantité, mais plutôt la qualité.


Regardons donc si la pratique du volleyball est possible et zoomons sur notre région et le nombre de clubs qui y rayonnent. Nous prendrons le basketball en comparaison. 


Saison 2018-2019 Loire Atlantique Maine et Loire Mayenne Sarthe Vendée Total
Volleyball
34 20 12 10 18 94
Basketball 153 113 35 51 83 435
Pour mieux comprendre ces chiffres, une carte est nécessaire. Nous prendrons comme exemple la Vendée. La question est simple : parmi le basketball, le handball et le volleyball, lesquels peut-on pratiquer facilement en Vendée ?
(Chiffres saison 2018-2019)
Les clubs de basketball sont représentés par des ronds verts.
Les clubs de basketball sont présents sur tout le territoire. C'est même un véritable maillage si bien que si vous habitez dans n'importe quelle ville en Vendée, vous trouverez, à quelques exceptions près, un club pour inscrire vos enfants ou vous même.
Les clubs de handball sont représentés par des ronds rouges.
La présence des clubs de handball est moins importante, mais ils sont néanmoins installés dans la plupart des grandes villes et repartis sur toute la Vendée. Il vous faudra faire parfois quelques kilomètres pour trouver un club, mais c'est possible.
Les clubs de volleyball sont représentés par des ronds bleus.
Pour le volleyball, là c'est moins joli ! Certes, on note une présence significative au nord de la Vendée mais ce qui frappe ce sont les "déserts", l'absence totale de clubs dans de nombreuses parties de la Vendée.
Pire pour la FFVB, l'UFOLEP en orange semble faire mieux avec le volleyball loisir, présent là où la FFVB ne l'est pas.
Comment expliquer qu'un secteur comme celui des Pays de Saint Gilles Croix De Vie, Saint Hilaire de Riez, Saint Jean De Monts, Brétignolles sur Mer, Challans .... n'ait aucun club de volleyball FFVB ?
Comment expliquer que 120 000 habitants ne peuvent accéder à un club de volleyball de la FFVB ?

Vous vous dites peut être que la Vendée est une exception.

Regardons au hasard dans les Landes (en rouge le basketball, en bleu le volleyball).

Ce n'est pas mieux !
Expérience et déception

Ayant constater que de nombreux jeunes cherchaient un club de volleyball, le VBRV, club loisir UFOLEP depuis 1985, décide en octobre 2017 de former des jeunes sous la couverture de l'UFOLEP le mercredi après midi.

Content du succès, dès juin 2018, nous recherchons l'impossible : de nouveaux créneaux dans les salles de sport.
Grâce à la municipalité de Saint Gilles Croix de Vie, nous obtenons deux créneaux supplémentaires pour les entrainements des jeunes et grâce à la municipalité de Saint Hilaire de Riez, le dimanche après midi pour les matchs.  

Avec la perceptive d'inscrire une équipe M17 Féminine pour la saison 2018-2019, nous passons voir le Comité de volleyball de Vendée pour obtenir plus d'informations. On nous explique les tarifs proposés par la FFVB et la Ligue ainsi que les avantages financiers pour les deux premières années. Nos interlocuteurs sont rassurants : le Comité est là pour nous aider.
Confiant, nous inscrivons notre club en FFVB en juin 2018.

Septembre 2018, nous avons 9 jeunes féminines de 14-15 ans et 12 jeunes de 10-14 ans. Hélas, nous apprenons que le Comité de Vendée est placé sous tutelle de la Ligue. Nous nous retournons vers la Ligue des Pays de la Loire qui gentiment nous explique les contraintes que nous allons avoir dans cette situation. Pour un début, ça fait peur ! Nous décidons de repousser le projet d'inscrption d'équipes d'un an. 

Nous nous retournons vers l'UFOLEP, toujours présent en cas de coup dur, et créons le premier championnat Jeunes UFOLEP Vendée avec Challans, Aizenay et Saint Jean De Monts. Nous profitons de ce contretemps pour demander des formations Arbitre et Entraineur. La Ligue nous répond que cela dépend de notre Comité de Vendée qui hélas est toujours sous tutelle : pas de formation cette année en Vendée. 

Nous profitons de notre inscription à la FFVB pour faire connaitre notre Tournoi 2x2 mixte Jeanne & Serge. Pour cette action, nous recevons le label #AnnéeDuVolley, un label que seule, une centaine d'événements en France a reçu pour la saison 2018-2019 (carte ci-dessous).


Septembre 2019, nous inscrivons une équipe M17 Féminine au championnat régional honneur. 





La fédération impose que l'on reçoive les matchs le samedi de 14h à 18h. Impossible pour nous : tous les créneaux de salle sont surchargés. Trouver de nouveaux créneaux horaires est impossible. Notre club ne peut recevoir les matchs que les dimanches de 14h à 20h. Nous pourrons néanmoins demander une dispense de ce règlement.
La procédure de la FFVB est la suivante : la FFVB sort le calendrier avec les mauvaises dates (match le samedi), puis nous devrons contacter chaque club pour déplacer les dates des matchs au dimanche.
Nous posons la question à la Ligue s'il ne serait pas plus judicieux de prévenir les clubs et de sortir un calendrier avec les bonnes dates tout de suite ?
Réponse de la Ligue : "Non, c'est pas la procédure".  





Nous passons ensuite à l'inscription des jeunes et des dirigeants. Après quelques mails, nous apprenons que nous ne bénéficierons pas des avantages que l'on nous avait promis (50% de réduction pour les 50 premières licences). Nous allons devoir payez plein tarif les licences pour les bénévoles comme pour les enfants. Soit environ 500 euro de plus que prévu au budget du club se qui représente la quasi totalité de nos subventions municipales. La Ligue ne tient pas ses promesses.

Encore mieux, nous apprenons que nous aurions pu bénéficier de plus d'avantage cette année si nous ne nous étions pas inscrits l'année dernière. Nous ne pouvons pas bénéficier des avantages financiers pour notre club parce que nous nous y sommes pris en avance. Il aurait fallu s'y prendre en retard !



Impression
Je commence à me poser beaucoup de questions.
Quelle est la politique de la FFVB ? De quelle façon va-t-on être mangé financièrement ? Que propose la FFVB ? Quelle aide apporte-t-elle ? Qu'ai-je appris sur la FFVB en moins de quelques mois ? Quelle impression me reste t-il ?
 


Sentiment d'injustice

Quand vous enregistrez une licence sur le site de l'UFOLEP Vendée, vous pouvez faire un ou des brouillons. Si une information est incomplète ou erronée, le site vous le signale. Si problème, vous recevez automatiquement l'explication. Et si ça n'est pas encore correct, on vous appelle. 
Côté FFVB, rien de tout ça : si vous commettez une erreur, vous ne le savez pas, personne ne vous le signale et au bout d'un mois, vous aurez automatiquement 30€ d'amende. 
 




Sentiment de découragement

La priorité pour la FFVB est le nombre de licenciés et peu importe le type de licence. Vous êtes bénévoles, vous voulez aider un club, vous voulez faire de l'arbitrage, faire la table de marque, ... et bien, il vous faudra une licence payante. A l'heure où il est très difficile de trouver des bénévoles, la FFVB leur demande de payer l'aide qu'ils fournissent. Payer pour aider !

Les structures sportives sont ce qu'elles sont et surtout elle ne sont pas assez nombreuses. Les municipalités travaillent toutes dans le bon sens en essayant de créer de nouveaux équipements. En attendant, elles poussent au partage des salles de sport. Trouver de nouveaux créneaux pour les matchs le WE est quasi impossible et quand vous y arrivez, la FFVB vous dit que ce n'est pas le bon horaire !

 




Quel avenir pour notre club avec de telle politique ?



Ce qui préoccupe notre club, c'est que nous ne savons pas où nous allons. Comme nous débutons, nous savons que nous allons faire des erreurs et la FFVB ne sait que pratiquer la politique du bâton. Il nous faudra payer ! Mais combien ? Et combien de fois ?



Vous nous direz que l'on n'est pas obligé et qu'il suffirait juste de s'inscrire dans une autre fédération ! Mais le problème est que la FFVB a le monopole sur les championnats. 

E
t après, si on arrive à passer le cap cette année avec notre équipe M17 ? Là aussi, quelle perceptive ? Nous n'aurons pas d'autres créneaux dans notre commune. Il n'y a pas beaucoup de jeunes attirés par le volley et très peu de bénévoles. 

F
aisons le calcul : sur nos 38 licenciés, nous avons 16 adultes qui ne veulent plus faire de volley en FFVB et préfèrent l'UFOLEP.
Reste 22 jeunes repartis comme suit : 8 M17F, 7 filles de 11-12 ans débutantes, 3 garçons de 11-12 ans et 2 filles de 13-14 ans débutantes. C'est déjà un vrai casse-tête avec le peu de moyen que l'on a et la FFVB veut imposer des "quotas" ?



Si nos M17F continuent l'année prochaine, elle ne pourrons pas aller en M20F parce qu'il n'y en a pas ! Il faudra qu'elles passent en sénior départemental.

Et si un jour nous avons une équipe qui méritent de monter au niveau Régional, on leur répondra quoi ? Impossible car nous ne pouvons pas mettre en œuvre ce que la FFVB impose pour jouer au simple échelon supèrieur.
La FFVB ne reconnait pas le mérite sportif : seul le nombre de licences et les moyens financiers comptent ! 

Dés que vous voulez croquer un peu de FFVB, vous vous apercevez qu'il y a plus de pépins qu'il n'y a de pulpe.  



Analyse personnelle



Pourquoi le volleyball est-il aussi peu présent en Vendée comme sur toute la France ? 

Ce n'est pas la faute du Comité de Vendée qui ce bat bec et ongle pour valoriser la pratique du volley pour tous.
Disponible, réactif et professionnel, que ce soit le président, le chargé des formations d'arbitre, le secrétariat du comité ainsi que tous les bénévoles, sa politique est de faire payer moins et de donner plus. Il est sur le terrain, proche des clubs pour les aider, compréhensif des difficultés et essai avec ses moyens d'apporter des solutions.

Vous me voyez venir ?  

O
ui ! Pousse bouton, psycho rigide, à l'écoute de ses désirs, la FFVB applique la politique de la contrainte et du bâton financier.
Le Volley Ball Riez Vie s'appelait, il y a 50 ans, la Société Du Havre De Vie.
Elle avait des équipes de jeunes, une équipe féminine et deux équipes masculines en départemental et une équipe masculine en R2.
En 1985, la FFVB, pour toutes les raisons citées, a refusé la montée en R1 et a pratiquement détruit le club, l'un des plus prometteurs et des plus gros clubs de Vendée à l'époque !

Depuis 35 ans la politique de la FFVB n'a pas changé dans un monde qui a changé : moins de bénévoles, moins d'argent, moins de salles de sport par habitant, plus de contraintes administratives, une population sportive plus exigente et volatile, ...

Le résultat : un faible nombre de clubs adhérants à la FFVB, répartis de façon très disparate et ne couvrant pas une grande partie de la poupulation qui prouve un constat d'échec.

O
n ne peut pas dire que les Français ne sont pas sportifs non plus ! 24% de licences sportives pour 100 habitants en moyenne. Alors comment expliquer ce désintéressement pour le volleyball ? Spécificité française ?
Si la FFVB veut faire rayonner le volleyball en France, il serait peut être judicieux qu'elle favorise l'accès à un club dans un rayon de moins de 100km.

C'est une bonne idée de faire venir les plus fortes équipes d'Europe en France pour donner du dynamisme à la discipline et donner l'envie aux enfants et aux adultes de faire du volley et d'intégrer un club de volley proche de chez lui.

S
auf qu'il n'y a pas de club de volley proche de chez lui. Zut !


Dans les communes proches de chez moi, si vous demandez s'il y a du volleyball vous obtenez l'une de ces deux réponses : 
   Première réponse : "Non, pas de volleyball, mais nous avons du handball et du basketball." 
   L'autre réponse : "Du vol et quoi ?" 

Peut-être que la fédération de volley pourrait directement mettre sur son site la liste des clubs de basketball et de handball quand il n'y a pas de volley dans la commune recherchée !  

 A suivre ....